FAQ

La mesure de la performance de chaque holding repose sur les estimations de valorisation de chaque société investie par la holding. Ces valorisations sont fondées sur des éléments tangibles, essentiellement comptables, permettant de justifier cette valorisation. Ce n’est que lorsqu’il y a une opération sur le capital souscrite par un tiers indépendant de Starquest que nous pouvons prendre en considération le prix par action retenu lors de cette opération.

En l’absence de ce type d’éléments tangibles, c’est le principe de prudence qui l’emporte : la société de gestion ne peut afficher qu’une valeur égale à la valeur initiale de l’investissement, voire une valeur moindre si un risque potentiel existe. Cette approche a tendance à ne mettre en avant que les mauvaises nouvelles au détriment des espoirs soulevés par le développement des entreprises, mais répond au devoir de transparence et de précaution que Starquest s’impose.
Afin de présenter la variation de la performance après réduction fiscale, il est nécessaire de confronter le coût “réel” pour le souscripteur à la valeur actuelle de la part.

Pour déterminer ce coût “réel” (soit le montant souscrit moins l’économie réalisée au titre de la réduction fiscale), les paramètres suivants sont pris en compte :
  • - le taux d’investissement de la holding concernée (généralement compris entre 90 et 95% des souscriptions reçues par la holding), ce ratio est présent à la fin de votre attestation de souscription ;
  • - la valeur initiale de la part (généralement 100€) ;
  • - le taux de réduction applicable à la holding (75% pour les premières holdings puis 50%)
La formule est la suivante :
[Valeur initiale de la part] x (1 - [taux d’investissement de la holding] x [taux de réduction applicable]) = [coût “réel” de la souscription]
La performance après réduction fiscale se calcule alors :
([coût “réel” de la souscription] / [valorisation actuelle de la part]) - 1 = [performance après réduction fiscale]
L’horizon minimum de conservation pour valider l’avantage fiscal est fixé à 5,5 ans par la réglementation. Par ailleurs, il n’est pas possible de réduire le capital des sociétés, bénéficiaires d’investissements Tépa, avant 7 ans après la date de souscription.

Starquest déclenche la recherche d’opportunité de céder les participations après l'échéance du délai fiscal. En moyenne, une solution de liquidité peut être trouvé entre 9 mois et 18 mois. D’où notre ambition initiale de vendre au bout de 7 ans nos participations.

Après 10 ans d’expérience dans le secteur, Starquest peut affirmer que ce type d’investissement prend plus de temps : dans le cas d’entreprises jeunes, les belles performances s’établissent majoritairement sur le moyen-long terme car il est rare qu’une start-up réalise son business plan comme prévu. En général il y a 1 à 2 ans de retard. Les succès fulgurants ne concernent que 5 à 10% des sociétés. Sur les sorties déjà réalisées, la durée moyenne de détention des parts approche les 8-9 ans. Effectuer une liquidité avant ce délai se ferait bien souvent au détriment de la maximisation de la valeur pour le souscripteur.
Sujet peu abordé par les VC traditionnels, la recherche de liquidités est une priorité pour Starquest. L’objectif suivi est de mettre les entreprises du portefeuille dans les meilleures dispositions pour maximiser leur valeur lors de la sortie.
A cet effet, un travail constant est effectué :
  • - avec les entrepreneur.e.s pour 1) les préparer à la sortie de leur investisseur historique, 2) trouver les meilleures solutions afin d’aligner leurs intérêts avec les nôtres, 3) les accompagner pendant les opérations capitalistiques ;
  • - avec les contreparties potentielles (fonds et acquéreurs industriels) en les mobilisant pour mettre nos participations en avant et instiguer de potentielles opérations de cession ou acquisition.
Cette démarche s’inscrit dans une vision moyen-termiste, car ces sujets demandent du temps afin d’être menés de la meilleure façon possible. Elle explique en partie les horizons de sortie à 8-9 ans.
Les différents modes de sorties envisagés et pour lesquels nous travaillons sont :
  • - l’acquisition par un acteur industriel ;
  • - le rachat des parts Starquest par l’entreprise concernée ;
  • - la sortie de Starquest au cours d’une opération à effet de levier ;
  • - le rachat des parts Starquest par un tiers lors d’une nouvelle levée de fonds.
La réglementation ne permet d’effectuer des distributions que lorsque le montant des capitaux propres des holdings est supérieur ou égal au montant du capital social de la société. Dans le cas de holdings ayant accusé des pertes suite à des défaillances d’entreprises, ou ayant passé des provisions face à un risque de perte en capital, il est nécessaire de faire remonter le montant des capitaux propres avant toute distribution.

Extrait Francis Lefebvre Tout dividende distribué en violation des règles de l'article L 232-12, al. 1 du Code de commerce (approbation préalable des comptes et constatation de l'existence de sommes distribuables) constitue un dividende fictif (C. com. art. L 232-12, al. 3). La constatation de l'existence de sommes distribuables implique :
  • - l'établissement de comptes annuels donnant une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice et de la situation de la société ;
  • - l'imputation préalable sur les bénéfices des pertes des exercices antérieurs, s'il en existe (voir n° 2993 III) ;
  • - la dotation à la réserve légale d'une somme calculée conformément à la loi (voir n° 3202) ;
  • - le cas échéant, la dotation des comptes de réserves statutaires dans les conditions fixées par les statuts ;
  • - en cas de prélèvements sur les réserves, une décision expresse de l'assemblée indiquant les postes de réserves sur lesquels ces prélèvements sont effectués (voir n° 2981).

De la même manière, Starquest est dans l’impossibilité de rembourser le capital social (par voie de réduction dudit capital) si le montant des pertes antérieures n’a pas été apuré antérieurement.

Ces deux modes de versement de liquidité sont réalisés au plus tôt lorsque la situation le permet.
Suite à cette évolution réglementaire, l’équipe de gestion Starquest est naturellement amenée à faire évoluer son modèle pour continuer à investir. Cependant, elle reste plus que jamais concentrée sur la gestion et la performance des investissements effectués jusqu’à présent. Et sa taille constitue une garantie de pérennité qui protège les intérêts des souscripteurs. L’équipe reste mobilisée sur le même objectif: rechercher la meilleure performance, et se donner les moyens de la faire.